Épicondylite / épitrochléite : Traitement

Le traitement est essentiellement médical, à mettre en place le plus rapidement possible après l’apparition des symptômes.

On doit pouvoir éviter la chirurgie en éliminant aussi les causes favorisant la survenue de cette épicondylite.

A savoir 

Le traitement de l’épitrochléite est le même et donc avant tout médical

 Traitement médical 

 Le traitement est avant tout préventif puis médical. Dès l’apparition des symptômes il faut envisager le repos du coude avec éventuellement immobilisation puis rééducation, voire infiltrations.

  • Il faut éviter le surmenage mécanique et repérer très tôt s’il existe des facteurs favorisants à cette épicondylite, que ce soit à domicile ou au travail. Il est important de mettre en relation le patient et la médecine du travail pour trouver un poste différent ou adapté. La relation entre l’épicondylite et le travail est souvent très importante.
  • Les infiltrations sont parfois utiles en cas de phénomènes inflammatoires locaux et de douleurs très importantes. L’infiltration doit être indiquée avec prudence car pouvant fragiliser les tendons.
  • l’immobilisation par une orthèse  du poignet en extension (parfois du coude) associée ou non à un strapping du coude peut être utile.
  • la rééducation  avec la physiothérapie et un protocole bien spécifique (massages transverses profonds, sollicitation des épicondyliens…) est très importante dans la prise en charge des épicondylites et épicondylalgies.

 Ce traitement, s’il est complet, mis en route assez rapidement, permet la guérison de plus de 90 % des patients.

Mais il faut savoir que la récupération est parfois très longue.

Traitement chirurgical 

  • La chirurgie ne doit être indiquée qu’après échec d’un traitement médical complet, bien conduit et au minimum six mois à un an après l’apparition des symptômes, parfois plus.
  • L’intervention est réalisée sous anesthésie loco-régionale (membre supérieur) en pratique ambulatoire ou dans le cadre d’une courte hospitalisation.
  • Il s’agit de réaliser une excision des tissus inflammatoires et une désinsertion musculaire. Cela consiste à détacher les muscles de l’épicondyle avec parfois allongement musculaire.
  • Dans certains cas il y a aussi indication à libérer (neurolyse) le nerf radial au niveau du coude.

 

Quelles sont les suites opératoires 

  •  drainage aspiratif : il est parfois mis en place pour 24-48 heures.
  • les soins infirmiers locaux sont réalisés pendant une quinzaine de jours après la chirurgie.
  • l’immobilisation du coude n’est pas obligatoire avec possibilité d’une automobilisation progressive les trois premières semaines.
  • Il est fréquent de prescrire une attelle de repos du poignet en légère extension pendant deux à trois semaines.

Dernière mise à jour faite le : 25/06/2015

Nous écrire

Vous souhaitez avoir un rendez vous pour un avis secondaire ou nous faire parvenir des documents vous concernant?
N'hésitez pas à contacter le secrétariat par téléphone au 02.38.79.61.99 ou grâce à notre formulaire de contact :


OuiNon

captcha